TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULUS SAVOIR SUR L'ENCENS.

psx-20200528-104847

Il est parfois difficile de déterminer la qualité d'un encens du commerce, tellement l'offre est vaste et variée. Les prix sont tout autant d'éléments perturbateurs qui ne nous permettent pas forcément de juger la qualité d'un produit.

Cet article va vous offrir les bases pour ne plus être dans le doute, quand à la qualité des encens convoités.

Un minimum de connaissance sur l'histoire de l'encens ains si que ses caracteristiques principale vous permettrons de choisir vos encens sans plus avoir peur d'investir dans des produits douteux.

Qu'est ce que c'est exactement?

Le mot encens apparaît en france vers 1135. il vient du latin incensum, qui désigne une matière brûlée en raison de ses qualités.

Dans l'antiquité, les grecs l'appelaient thymiama qui vient du substantif grec thyos qui regroupe l'idée d'offrande et de parfum ou d'aromate et qui est dérivé du verbe thyô signifiant: offrir un sacrifice aux dieux.

Il s’agit donc de parfum à brûler qui existent sous différents aspects, généralement des résines brutes, pures ou mélangées entre elles voir avec des copeaux de bois odorants et épices, parfums artificiels ou huiles essentielles, conditionnés sous formes de concrétions sèches en formes de larmes, de brisures ou réduits en poudres que l’on fait brûler sur un charbon ardent ou un bruleur électrique.

Il existe des formes plus élaborées comme les bâtons, très appréciés par la majorité des consommateurs de par leur côté pratique, les cônes,les sticks, les cordelettes, les spirales, les papiers à bruler… 

Il existe aussi un baton de fumigation composé de plantes aromatiques simplement reliées sous forme de cylindre et séchées que l’on enflamme directement, généralement composé de sauge et parfois additionné de résines végétales diverse.  

La fabrication.

La forme la plus simple qui existe est la concrétion de résine d’un arbre précis: le boswellia carterii plus connu sous boswellia serrata, il suffit d’inciser l'écorce du tronc et de laisser sécher la résine qui s’écoule à l’air libre que l’on viendra récolter quelques semaine plus tard.

l’encens indien en bâton est le plus connu: une pâte fermentée ou non, composée de divers poudres de bois précieux, de fleurs séchées, d’épices, de beurre clarifié ( du ghee ), de résines, d’huiles essentielles, de miels et autres ingrédients selon la formule, enroulée autour d’un bâton de bambou. la recette du fabricant est généralement tenue secrète.

Cette même pâte peut être moulée en cônes ou extrudée en stick, sans bambou, d’une dizaine de centimètres et d’un diamètre un peu plus épais ou en boulettes.

Les encens népalais sont souvent façonnés en cordelettes imbibées de résines ou sous formes de poudres enveloppées dans du papier et tressées.

 
57e7d34a4f5aad14f1dc8460962037791c3dddf85254784877277fd29f4e_640

Les ingrédients.

 

Les ingrédients utilisés sont nombreux, il s’agit pour les meilleurs encens de miels, beurres, fleurs séchées, poudres de bois et de plantes, de charbons et taboo ( poudre de bois et de charbon pour faciliter la combustion ) selon les lieux de fabrication, de mélasse et confit de fruits ( neriko ).

 

Malheureusement la plupart des encens bas de gamme du commerce sont généralement des bâtons trempés dans des parfums chimiques dangereux pour la santé et vide de toutes substances bénéfiques.

 
2020-04-18-22-21-23

Histoire et traditions de l’encens.

L'importance de l'encens dans la religion n’est plus à démontrer, les dieux étant très friands de ses volutes qui montaient vers eux en sacrifice. 

Le dieu assyrien Baal en était un grand consommateur, mais L'Eternel, dans l'Ancien Testament, aimait également beaucoup l'encens qui est mentionné à 113 reprises dans les divers livres.

On notera un passage de l'Exode dans lequel L'Eternel précise à Moïse la composition du mélange qu'il faut faire brûler pour lui (styrax, onyx, galbanum, aromates et pur encens), tout en lui indiquant que ce mélange ne doit pas être utilisé de façon profane :

"Le parfum que tu fais là, vous n'en ferez pas pour vous-mêmes de même composition. Il sera saint pour toi, réservé à L'Eternel. Quiconque fera le même pour en humer l'odeur sera retranché de son peuple."

De tous les parfums, l'encens est certainement celui qui a le passé le plus prestigieux. Il était dans l'Antiquité plus précieux que l'or, et la route de l'encens a fait la fortune de plusieurs royaumes arabes.

57e2dc454f55ad14f1dc8460962037791c3dddf85254784877277ed39048_640

L'antiquité.

Les Égyptiens sont considérés comme les plus grands parfumeurs de l'Antiquité et firent eux aussi un grand usage de l'encens, qui entrait dans la composition du kyphi. Le nom même  de l'encens dans l'ancienne langue égyptienne est évocateur car le mot « netcher » désignait ce qui relevait des dieux et c'est le causatif du mot qui était utilisé pour dénommer l'encens :  sénetecher, dont une traduction pourrait être : Ce qui rend divin.Chez les Grecs et les Romains. La nature divine de l'encens est évoquée par Ovide dans Métamorphoses: le premier arbre à encens aurait poussé sur la tombe de Leucothoé qui est la maîtresse d'Hélios que son père Orchamos aurait châtié.

53e9d5454250b10ff3d8992ccf283077173cc3e45658704b7d2a73dc94_640

Le bouddhisme.

Les bouddhistes sont très friands de l’encens, son offrande permet d’entrer en relation privilégiée avec les devas et revêt une fonction purificatrice des pensées et émotions. Nous en brulons des quantités monstrueuses, tellement que la pollution des temples est plus élevée que sur le périphérique parisien, par exemple, et c’est principalement dû à la mauvaise qualité des encens utilisé. L’encens facilite également l’apaisement mental, ce qui favorise la méditation.

Au Vietnam et en Birmanie, il est utilisé pour vénérer les ancêtres dans un culte principalement à domicile, la fumée qui s’élève sert de pont entre le monde des vivants et des morts.

Moi même, étant yogi, je m’en sers pour mes séances méditatives comme mesure de temps et pour mes rituels de conditionnement. 

 
54e2d64b4b51a514f6da8c7dda793f7e1236dce64e50744e722c7cd5914dc5_640

Christianisme

Dans la continuité dans l'Ancien Testament , l'encens, fait partie des cadeaux apportés au Christ par les mages.

L'encens est brûlé dans un encensoir, qui est balancé selon l'usage à la discrétion de chacun des rites respectifs pour en diffuser au mieux les volutes. La fumée de l'encens qui monte vers le ciel symbolise la prière qui monte vers Dieu.

 

52e5dd45425ba814f1dc8460962037791c3dddf85254784877277cd19345_640

Disparition de l'encens

le Journal of Applied Ecology dans un article de décembre 2011, une étude menée sur une douzaine d'espèces de Boswellia, un genre d'arbre que l'on ne retrouve que dans la corne de l'Afrique et la péninsule arabique il se trouve qu’entre 5 et 8 % des arbres adultes de chacune de ces espèces mouraient par la main de l’homme, par des attaques d'insectes et à cause des herbivores friands de ses branches.

Il est fort possible que La quantité d'arbres pourrait être divisée soit par deux en quinze ans voir par dix en cinquante ans.

 

50e4d6424a4faa0df7c5d575c72f3e7c1622dfe05a507341732d73d2_640

Encens et santé

Les extraits d'encens ont, sous forme de gélules, une efficacité discutée mais reconnue sur certaines maladies comme l'asthme, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Crohn.

Il a des vertus anti-inflammatoires et son efficacité sur les douleurs articulaires est connue depuis l'antiquité. Le présents des rois mages à l'enfant Jésus  symbolise donc parfaitement l'espérance d’une longue vie.

 
54e5d2404e54b10ff3d8992ccf283077173cc3e45658704b7d2978dc97_640

Parfumerie

En parfumerie, l'encens est utilisé sous forme d'essence ou d'absolue. Il est prisé pour son odeur boisée et minérale ainsi que des  aspects légèrement épicés. Il revêt inéluctablement un caractère sacré et religieux, de part son histoire.

On peut trouver une bonne illustration de l'encens dans plusieurs créations comme Bois d'Argent des Parfums Christian Dior, ou encore Passage d'Enfer de la marque l'Artisan Parfumeur.

 
52e1d54b4a5aa914f1dc8460962037791c3dddf85254784877277dd09f4b_640

Oliban

L'encens est également appelé oliban, mot issu du bas-latin olibanum, du grec λίβανος libanos et de l'arabe اللُّبَّان al-lubbān.

C’est une oléo-gomme-résine aromatique. Le monde arabe tout comme les perses ont fortement contribué à sa diffusion qui est maintenant mondialisée.

Cette substance est produite à partir de la résine d'un groupe d'arbres appartenant au genre Boswellia dont notamment le Boswellia sacra, de la famille des Burséracées.

L'arbre est reconnu comme originaire du Dhofar, dans le sultanat d'Oman. Il y est encore cultivé aujourd'hui, et est exporté par le port de Salalah. Il existe de nombreux autres lieux de production tels que la Somalie, le Yémen, et l'Inde, où l'on cultive surtout le Boswellia serrata.

Seul un arbre mâle, haut de trois mètres à maturité peut produire la précieuse résine, mais il faut attendre une bonne dizaine d'années pour qu'il fournisse une résine de qualité.

L'écorce est incisée en enlevant un lambeau étroit et long, on racle ensuite l'endroit dégagé, et on récolte les concrétions de gomme en les faisant tomber dans un récipient.

Les sécrétions de résine, durcies au contact de l'air, sont collectées deux à trois semaines plus tard. Les gouttes solidifiées  mesurent parfois plus de 2 cm.

La meilleure qualité de résine est recueillie en automne, à la suite d'incisions pratiquées pendant l'été. C'est ce qu'on appelle l'encens blanc.

L'encens roux, est lui recueilli au printemps après des incisions hivernales.

En 2011, il en est produit environ 2 000 tonnes par an, dans le monde.

 

 
resineinco-clipped-rev-2

La myrrhe

La myrrhe est une gomme aromatique produite par l'arbre à myrrhe, le Commiphora myrrha ou Commiphora molmol, appelé aussi tout simplement myrrhe.

Le mot myrrhe est un emprunt au latin myrrha, au grec μύρρα, de même sens et L'étymon est certainement dérivé de la racine sémitique mrr qui signifie être amer  (une des composantes de l'odeur de la myrrhe) attesté dans toutes les langues sémitiques anciennes dont l’hébreu.

Les Egyptiens la connaissaient depuis quatre milles ans et en faisaient un des composants du kyphi. Elle était également utilisée pour les embaumements. Selon Hérodote, le jeune Phénix embaumait ainsi la dépouille de son père dans un œuf de myrrhe.

Pour les Hébreux, la myrrhe est l'un des principaux composants d'une huile d'onction sainte et elle faisait partie des cadeaux apportés à Jésus par les rois mages.

Un écrit apocryphe indique que le roi Balthazar apporta de la myrrhe en offrande, signe d'une souffrance future, Melchior offrit de l'or, symbole de royauté et Gaspard de l'encens, symbolique d’une longue vie.

Du vin mêlé de myrrhe a été proposé à Jésus (qui l'a refusé) avant sa crucifixion pour atténuer les douleurs de ce supplice. Le parfum de la myrrhe est parfois associé à l'érotisme : il est par exemple mentionné dans le Cantique des cantiques, verset 1,13 :  Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, qui repose entre mes seins.

 

Pour les Grecs, elle est associée à une légende : Myrrha, fille de Cinyras, roi de Chypre, fut poussée par des Gorgones à avoir des relations incestueuses avec son père.

Après quoi elle fut transformée en arbre à myrrhe et son écorce se fendit pour donner naissance à Adonis.

Les Grecs ont fait un grand usage de la myrrhe, allant jusqu'à en parfumer leur vin.

Poséidon est notamment associé à la fumigation de myrrhe dans la prière qui lui est dédiée parmi les Hymnes orphiques.

La gomme résineuse est récoltée sur le tronc de l'arbre d'où elle suinte naturellement.

La sève liquide durcit à l'air libre pour former des concrétions rouge pouvant parfois atteindre plus de 200 grammes. Elle est ensuite distillée en une huile essentielle épaisse de couleur rouge orangée.

 

Attention, il est courant d’utiliser des solvant pour traiter cette résine, c’est pourquoi nous avons choisis de travailler avec la marque ESOTERRA qui garantit une origine et une absence d’utilisation de produits chimique.

La myrrhe était transportée, depuis les lieux de production situés dans l'actuel Yémen, par les caravanes de chameaux des mythiques Nabatéens jusqu'à Pétra, à partir de laquelle elle était vendue dans tout le bassin méditerranéen.

Ce commerce périclita avec l'arrivée du christianisme car si l'encens était acceptée par les catholiques, l'église chrétienne primitive avait interdit son usage, ce qui mena logiquement à un rapide déclin de son commerce.

La forte demande, la difficulté d'augmenter la production ainsi que les contraintes liées à la logistique de l’époque ont fait de la myrrhe un produit extrêmement coûteux, qui se négociait au même prix que l'or.

 

Utilisation:

Même si le succès de la myrrhe est avéré pour les magiciens moderne, c'est surtout la parfumerie qui continue à en faire la gloire, notamment dans les parfums typés orientaux, où elle accroît la sensualité des notes de rose.

Elle entre dans la composition de la Bénédictine, une boisson normande créée dans l’abbaye de fécamp par un moine mystérieux dont on ne trouve trace nulle part.

En aromathérapie, on extrait une huile essentielle de cette gommo-oléorésine.

La myrrhe, qui est astringente, est aussi utilisée dans le traitement des ulcères de la bouche et des gencives. elle possède de nombreuses propriétés, en voici une liste non exhaustive: Anti-infectieuse, parasiticide (ascaris), aseptisante, expectorante, emmenagogue, antivirale, régulation hormonale, thyréomodératrice, anaphrodisiaque, anti-inflammatoire, vulnéraire...

Ses applications sont nombreuses surtout au niveau des soin et permet de soigner tout ce qui est bronchite, ulcère cutané, pied d'athlète, vermifuge, Diarrhées, dysenterie, séquelles d'hépatites virales, hyperthyroïdie, réduction de l'excitation sexuelle...

Ces pouvoirs sont du à la présence de nombreux principes actifs naturels présents dans la sève comme le Myrrhol, contenant des santalènes, bergamotènes, farnésènes, furanodiènes ; terpènes, triterpènes, sesquiterpènes furanosesquiterpènes, aldéhydes et acides.

 

La myrrhe est très utilisée en médecine ayurvédique, notamment dans les bâtons d’encens de la marque Ayurvedic que nous commercialisons chez Yogi Qui Médite.

Elle est utilisé pour le traitement de l'obésité ou de l'arthrite rhumatoïde par exemple ou encore des maladies liées à l'accumulation de toxines. 

En Afrique, la médecine traditionnelle l'utilise encore pour traiter les parasitoses. Elle est présente dans plusieurs préparations cosmétiques (atténuation des rides et vergetures) et dermatologiques (pour ses propriétés antifongiques), ainsi que dans le traitement de la sphère ORL.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Livraison internationale
Livraison gratuite en France à partir de 50 euros d'achats en 48 à 72 heures, jours ouvrables.
Selon barème postal pour l'international.
Service client
À vos côtés 7j / 7 par le formulaire de contact, par mail et par visioconférence à partir de 18h00.
Satisfait ou remboursé
Vous disposez de 30 jours pour changer d'avis sans conditions.
logo_paiement5
 
 

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,